Lectures, ateliers, dédicaces, publications

Eunice 13h02

Hydre à deux têtes : • Femelle Alpha • Mâle Oméga 
Poésie brute, celle des inconscients, des généreux, des nomades et de leurs tempêtes.
Eunice 13h02. Texte, voix,, révolte et Art brut. 

Cliquer sur l'image pour écouter les audiopoèmes.

mais le tronc vit encore 
survit à la nuit encore une 
avec ses fantômes ses loups ses autres troncs des grands des
écrasants des qui-font comme-des-grenades explosion silencieuse dans 
nos troncs dans nos ruines
ça fait des miettes sales qu’on ramasse au matin

la nuit des ruines dévorent d’autres ruines

Sumballein

Présentation de mon recueil de poèmes publié aux éditions Phloème  le samedi 14 mai à la librairie Planète IO à Rennes


 « Nous avons écrit ensemble. Nous étions deux. Avec le reste du monde. Nous avons jeté nos oripeaux, nos vieilles carcasses, et celles pas encore nées. C'est nous que nous avons jetés. Nous-mêmes. Nous nous sommes jetés. À corps perdus. Dans le tunnel. Dans le passage. Dans la forêt. Dans la nuit. Dans le rêve et dans notre propre corps. Notre corps était le tunnel. Nos deux corps.

 Tout a commencé par une fissure, une faille, un néant. Quelque chose s'est effondré. Un vide s'est créé. Un blanc. Une nuit noire. Un lieu clos. Infini. On s'est engouffrés. On s'est lovés. On a traversé la béance. On s'est transformés, créés, recréés. On s'est cassés, retrouvés, reconnus. Nous sommes nés. Nous sommes passés. Lui, moi, les mots, le monde. 

 par à-coups le corps 
par à-coups le corps a éclos des fêlures 
par à-coups le corps de deux corps a éclos 
à coups de coutures découpées
 à coups de découpes dans le corps
 à coups de souffle trempé
 à coups de falaises écroulées 
un corps dans un corps 
éclosion de deux corps
 coup d'éclat ! 

Carabosse

Lancement du n° 1 de la revue poétique et féministe: "nos corps manifestes"
Le12 mai à la librairie Planète Io à Rennes


Un duo de femmes amoureuses du verbe qui, plutôt que de carabosser chacune dans leur coin, ont décidé de carabosser ensemble ! Des chevaleresses un peu cabossées de la cafetière mais vaillantes, qui ont entrepris de se lancer à l’assaut des forteresses d’une virilité parfois vénéneuse ! Allons, la virilité n’a pas de sexe ! Carabosse est virilei, tenons-nous le pour dit, elle ne se laissera pas dicter par la voix dominante ! Elle tend à dépolariser les sujets qui fâchent. Non sans avoir auparavant dépoussiéré et concocté quelques colifichets à l’encontre des plus retardataires tous sexes confondus. 

Vous trouverez dans notre revue, non seulement des plumes singulières, mais aussi, des notes de lecture, des interviews d’écrivaines, des papiers sur l’actualité culturelle et politique. Le numéro 1 de la revue se proposera d’explorer les territoires d’un corps féminin qui s’émancipe. Le chemin à parcourir est encore long. Nous trébuchons souvent, nous relevons ragaillardies et plus riches de nos petites défaites. Nous appréhendons un corps qui s’affranchit des normes, se réinvente. Notre désir se libère. Il s’impose avec une audace inédite sur la scène poétique.

« Nous ne ferons que poser quelques jalons dans le foisonnement d’une langue poétique qui se redéfinit sans cesse et cherche à redessiner les contours du sujet-cops, chair féminine éprise, mais refusant de se laisser accaparer au détriment de son désir propre. » (Edito)

i Du latin « virilis », l’adjectif viril prenait autrefois un E, explique Christine Castelain - Meunier, sociologue à l’EHESS et au CNRS des normes, se réinvente.